La Maison Oxygène de Ville-Marie risque de devoir fermer ses portes, faute de financement.

L’organisme offre aux pères en situation de détresse financière et psychologique, et à leurs enfants, de l’hébergement temporaire et des services d’intervention à l’externe.

Auparavant financées par les défuntes CRÉ, quatre des sept ressources semblables au Québec sont menacées.

Celle de Ville-Marie n’a que 30 000 $ de disponible à l’heure actuelle.

Pourtant, près de 200 000 $ seraient nécessaires afin d’offrir des services 24/7 et d’avoir un intervenant sur place à temps plein.

Les différentes Maisons Oxygène s’allient pour demander une reconnaissance auprès du gouvernement pour recevoir du financement.

La demande est là, et c’est une question de prévention, selon le directeur du Groupe IMAGE, qui gère la Maison Oxygène de Ville-Marie, Tommy Cousineau :

Interrogée sur le dossier, la ministre déléguée à la Réadaptation, Lucie Charlebois, a suggéré aux organismes de dialoguer d’abord avec leurs CISSS.

Depuis 2013, la Maison Oxygène a hébergé 19 pères et 16 enfants, pour des séjours moyens de trois à six mois.